Forum
  ¤   2012-les animaux sonnent l'alarme Index du Forum
 
  ¤   Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite
  ¤   Voir mes messages
  ¤   Voir les messages sans réponses
2012-les animaux sonnent l'alarme
Des animaux meurts sans raisons, des inondations menace l'être humain ... CROYEZ-VOUS VRAIMENT QUE C'EST NORMAL??? Est-ce une alarme annonçant le solstice d'hiver de 2012? MERCI DE VOUS JOINDRE À NOUS ET DE PARTAGER VOTRE OPINION.
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
 


  
PROBLEME DE CONNECTION SUR LA  PAGE FACEBOOK Sad VOICI LA NOUVELLE PAGE http://2012nouvelmorguemondial.over-blog.com
Drame du petit Wassim : comment sont surveillés les détenus sous bracelet

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    2012-les animaux sonnent l'alarme Index du Forum -> 2012-les animaux sonnent l'alarme -> divers ,inclassable Sujet précédent :: Sujet suivant  
Drame du petit Wassim : comment sont surveillés les détenus sous bracelet
Auteur Message
2012
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juin 2011
Messages: 10 188
Localisation: Portiragnes Dpt 34

MessagePosté le: Ven 6 Sep - 11:53 (2013)    Sujet du message: Drame du petit Wassim : comment sont surveillés les détenus sous bracelet Répondre en citant
 

88 détenus ont un bracelet à Béziers. (© D.R)


Le drame du petit Wassim a mis en évidence le problème des bracelets électroniques, sous la surveillance duquel se trouvait le beau-père de l'enfant. Techniquement Les appareils peuvent être repérés depuis Toulouse, dès qu'ils sortent d'un certain périmètre. 

Un des deux suspects placés en détention provisoire à la suite de la mort de Wassim (lire ci-dessous) était placé sous surveillance électronique. Il était censé ne quitter son domicile que pour travailler.
Midi Libre a demandé au Spip de l’Hérault (Service pénitentiaire d’insertion et de probation), comment était mis en place ce système de surveillance des prisonniers Les détenus condamnés au port du bracelet électronique sont placés sous écrou. Ils sont surveillés, chez eux et sur leurs lieux de travail, depuis un central installé dans la région toulousaine qui emploie des personnels pénitentiaires. Ce dispositif concerne environ un millier de personnes par an dans l’Hérault.


36% d'augmentation


"À l’heure actuelle, 200 personnes sont placées sous surveillance électronique dans le département, explique Charles Forsert, le directeur du Spip de l’Hérault. Ils sont quatre-vingt-huit sur le Biterrois. Ce sont toutes des personnes qui ont été condamnées à des peines inférieures à deux années de prison ou bien qui sont en train de terminer leur peine en liberté conditionnelle. Le nombre d’aménagements de peine ayant abouti à un Placement sous surveillance électronique (PSE) était au 1er juin 2013 en augmentation de 36 %."
24 h sur 24 via un satellite
Une seule personne a une assignation à résidence sous surveillance électronique. C’est-à-dire qu’elle est surveillée 24 h sur 24 via un satellite.
"L’ARSE est un dispositif exceptionnel prévu dans des cas très rares, assure encore Charles Forsert. Ce dispositif est appelé le bracelet mobile."
Mise en place Concrètement, pour surveiller un détenu, une personne des services pénitentiaires se déplace à son domicile. Là, il installe un appareil qui va détecter tous les mouvements hors d’un périmètre prédéfini par le juge d’application des peines.
Une fois le dispositif paramétré le plus finement possible, le bracelet est installé à la cheville du détenu. La surveillance peut commencer.
Alarme et téléphone
"La personne sous écrou peut avoir des horaires de sortie pour travailler ou se rendre à des rendez-vous. Dès qu’un retard est repéré, ou bien encore quand le bracelet sort de son périmètre, une alarme est détectée. Dès lors, un surveillant contacte le détenu à qui un téléphone spécifique a été fourni. Il doit répondre et s’expliquer. Ça peut servir en cas d’aléas sur la route par exemple et l’alerte est sans incidence pour le détenu", explique Forsert.
Si le retard est supérieur à deux heures ou si les justifications semblent farfelues le détenu est considéré comme évadé. Il appartient alors au parquet de prendre la décision d’incarcérer de nouveau le détenu.
Selon nos informations, il y a environ 75 nouveaux placements de bracelets tous les mois dans le département. Deux personnels sont d’astreinte 24 h sur 24 pour surveiller le seul bracelet mobile.
Entre 15 et 30 euros par jour
Ce mode de détention revient entre 15 € et 30 € par jour contre 65 € à 145 € en prison. Le bracelet mobile coûte, lui, un peu plus de 260 € au quotidien.
"Le bracelet électronique offre des facilités d’insertions que l’on ne connaît pas quand on reste en prison, insiste Charles Forsert. On peut bien entendu avoir de mauvaises surprises avec certains détenus, mais c’est assez rare. Et puis, quand nous avons un doute, nous pouvons surveiller même sur le lieu de travail pour vérifier."
 

Le suspect ne respectait pas sa mise sous écrou
Wassim, 30 mois est décédé mercredi 21 août, sous les coups de ses bourreaux. Sa mère, mais aussi le petit ami de celle-ci, ont été placés en détention. Ils sont tous les deux, même s’ils nient farouchement, suspectés de la mort de ce gamin.
C’est désormais un fait qui a été confirmé très rapidement par le vice-procureur de la République de Béziers, Henri Bec, et Me Marc Castan l’avocat du suspect. « Le petit ami portait effectivement un bracelet électronique. Il avait des heures de sorties autorisées pour se rendre sur son lieu de travail. Puis il devait rester chez lui. »
Il s’avère que ce mis en cause aurait passé une grande partie de son temps chez sa concubine. Depuis deux mois environ, selon nos informations, il n’aurait pas respecté les conditions de sa détention.
« Il allait souvent chez sa voisine, a confirmé le vice-procureur Bec le jour de leur placement en détention provisoire. « Les alarmes se déclenchaient très souvent et il ne répondait pas, comme prévu, au téléphone qui lui avait été attribué dans le cadre de sa mise sous écrou », a-t-on appris par ailleurs, de source judiciaire. Pourtant il ne semble pas y avoir eu de sanctions.
Un magistrat confiait de son côté ne pas demander systématiquement de sanctions car : « Il y a des ratés. Le système n’est pas infaillible. Mais il est vrai que des fois, nous avons de très mauvaises surprises. »

http://www.midilibre.fr/2013/09/06/comment-sont-surveilles-les-detenus-sous…




_________________
http://www.facebook.com/pages/2012-Des-animaux-sonnent-lalarme/154200084629…
Revenir en haut Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 6 Sep - 11:53 (2013)    Sujet du message: Publicité
 
PublicitéSupprimer les publicités ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    2012-les animaux sonnent l'alarme Index du Forum -> 2012-les animaux sonnent l'alarme -> divers ,inclassable Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
 

 

Galaxian Theme 1.0.1 by Twisted Galaxy
 
Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2004 phpBB Group