Forum
  ¤   2012-les animaux sonnent l'alarme Index du Forum
 
  ¤   Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite
  ¤   Voir mes messages
  ¤   Voir les messages sans réponses
2012-les animaux sonnent l'alarme
Des animaux meurts sans raisons, des inondations menace l'être humain ... CROYEZ-VOUS VRAIMENT QUE C'EST NORMAL??? Est-ce une alarme annonçant le solstice d'hiver de 2012? MERCI DE VOUS JOINDRE À NOUS ET DE PARTAGER VOTRE OPINION.
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
 


  
PROBLEME DE CONNECTION SUR LA  PAGE FACEBOOK Sad VOICI LA NOUVELLE PAGE http://2012nouvelmorguemondial.over-blog.com
france : une plante aquatique menace l’avenir du lac du Salagou dans l'hérault

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    2012-les animaux sonnent l'alarme Index du Forum -> 2012-les animaux sonnent l'alarme -> algues toxique,bactérie Sujet précédent :: Sujet suivant  
france : une plante aquatique menace l’avenir du lac du Salagou dans l'hérault
Auteur Message
2012
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juin 2011
Messages: 10 188
Localisation: Portiragnes Dpt 34

MessagePosté le: Mer 10 Juil - 09:59 (2013)    Sujet du message: france : une plante aquatique menace l’avenir du lac du Salagou dans l'hérault Répondre en citant
 

Sabrina, une touriste belge, a eu la désagréable impression de se baigner "au milieu de sapins". (BRUNO CAMPELS)


La prolifération du “lagarosiphon major” pourrait avoir un fort impact économique et écologique sur le lac.
 

Danger sur les rives d’Octon. Des touristes coulent quelques brasses dans le lac du Salagou, situé à une cinquantaine de kilomètres de Montpellier, entre Lodève et Clermont-l’Hérault. Ils essaient d’éviter les bancs de plantes aquatiques qui se trouvent sur leur chemin. Ces mêmes plantes qui menacent aujourd’hui le plan d’eau dans lequel ils pataugent. Le lagarosiphon major prolifère d’année en année, depuis sa découverte dans les eaux du Salagou en 2009.


Prolifération inquiétante


Une évolution qui n’a pas échappé à l’Ecossais John Milne. C’est un habitué des lieux. Propriétaire d’une maison de vacances au Bosc, il fréquente les bords du lac depuis près de vingt ans. "Je suis écologiste donc je m’intéresse beaucoup à la nature. Depuis quelque temps, je vois qu’il y en a de plus en plus, confie-t-il en pointant du doigt l’un des amas verdâtres. Peut-être que cela va dissuader quelques personnes de se baigner..." Des baigneurs, il y en aurait déjà moins qu’auparavant, selon Gaëlle et Camille, les patrouilleuses équestres du Grand site du Salagou et de Mourèze. "Il y a vraiment un problème qui va se poser pour le tourisme", s’inquiètent-elles.


Nageurs dépités


Car, si le lagarosiphon major n’a rien de toxique pour l’homme, il constitue une gêne pour nombre de visiteurs, comme ce Belge de passage. "On est arrivés sur la route avec une belle vue sur le lac. On a eu envie de se baigner, mais quand je vois les plantes, je suis plus réticent", raconte Mezzo. Sa compagne, Sabrina, s’est tout de même décidée à piquer une tête. "J’ai l’impression de me baigner au milieu de sapins", s’exclame-t-elle, un peu dépitée. Mais les nageurs ne sont pas les seuls à subir les aléas de cette végétation aquatique. Les sports nautiques en font aussi les frais. "Comparé à quelques années auparavant, il y en a partout, affirme Valérie Gaillard, une Montpelliéraine tout juste revenue d’un tour en canoë. Pour l’instant, ça ne me dérange pas. Je ne viens que trois ou quatre fois par an. Mais je pense que ça peut vite envahir l’eau."


Une éradication impossible


L’implantation du lagarosiphon major est impossible à arrêter. Le faucardage, qui consiste à couper les plantes, ne porte pas ses fruits. "Quand on faucarde, on se retrouve avec deux fois plus de surface l’année suivante", explique Gaëlle. Ce n’est donc qu’un moyen, à plus ou moins court terme, de "limiter les dégâts. C’est possible que ça repousse, mais on essaie quand même d’enlever le maximum", commente Eric Jacob, conducteur de travaux chez Ciel Vert, l’entreprise qui s’occupe de l’entretien et du nettoyage du lac. Le problème ? Les collectivités manquent d’argent pour poursuivre les opérations. "On a déjà enlevé 35 m3, qu’on a emmenés dans un centre de compostage", raconte Eric Jacob. Et, quelle que soit sa fréquence d’exécution, le faucardage ne peut éradiquer complètement le végétal. "Il n’y a pas de solution, soupire Gaëlle. Le seul moyen serait d’assécher le lac." Inenvisageable : il faudrait au minimum deux ans pour remplacer la centaine de millions de m3 d’eau actuelle. Pour l’instant, seules les rives du côté nord du lac sont impactées. Mais si la prolifération du lagarosiphon major ne peut être arrêtée, les rives de Liausson et de Clermont-l’Hérault devraient, elles aussi, finir par subir les assauts de la plante invasive.


http://www.midilibre.fr/2013/07/09/cette-plante-aquatique-qui-menace-l-aven…




_________________
http://www.facebook.com/pages/2012-Des-animaux-sonnent-lalarme/154200084629…
Revenir en haut Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 10 Juil - 09:59 (2013)    Sujet du message: Publicité
 
PublicitéSupprimer les publicités ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    2012-les animaux sonnent l'alarme Index du Forum -> 2012-les animaux sonnent l'alarme -> algues toxique,bactérie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
 

 

Galaxian Theme 1.0.1 by Twisted Galaxy
 
Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2004 phpBB Group